année 1945 : fin

Le retour vers la France


La libération était une bonne chose, et le groupe français pensait sortir des ruines de Berlin le plus vite possible. Mais il y avait des priorités pour les déportés politiques et les prisonniers de guerre. Le groupe avait récupéré une "Tempo" dans l'usine, véhicule utilitaire à trois roues équipé d'un plateau et il comptait bien partir avec.

André : "nous avons fait part aux deux capitaines russes et à l'allemand qui réglait les machines de notre intention de partir avec la tempo. Ils nous ont demandé d'attendre notre tour et de ne pas partir par nos propres moyens. Mais voyant notre détermination, ils nous conseillèrent de déposer le moteur de la Tempo sinon nous n'irions pas loin : confiscation du véhicule par d'autres éléments soviétiques. Nous avons bien eu quelques visites, mais sans moteur la Tempo n'a pas trouvé preneur. Quand je repense au trajet à travers ces ruines, ces morts, et toutes les armes, munitions, et mines qui traînaient partout, nous avons eu de la chance là encore."0-3-image0-tempo.jpg

 Roland : "dimanche 6 mai 1945, départ vers Potsdam, nous avons fait la moitié du parcours avec la Tempo et couché dans des petites baraques le long de l'autostrade. Lundi 7 mai, parcouru 20 km, mais avons redoublé à cause des ponts sautés, couché dans un camp de prisonniers. Mardi 8 mai, après une heure de route encore un pont coupé, avons passé le canal avec un radeau pour la voiture, ramassé des pommes de terre et des légumes. Mercredi 9 mai, récupéré des asperges et deux poules, passé la nuit dans une ferme sur la paille."

André : "le drapeau était hissé sur la tempo signalant que le groupe était français. Nous étions tellement nombreux sur les routes, les uns allant vers l'est les autres vers l'ouest. Nous sommes  allés jusqu'à Coswig sur l'Elbe en la poussant, tour à tour nous prenions le volant."  

groupe-sur-le-retour.jpg                          berlin-coswig-1.jpeg                                                                                                                       

 

                                                                                                              

 

 

 

 

Le groupe : Paul est en chemise blanche et béret à gauche du drapeau, André à gauche derrière Roland accroupi devant au milieu.

Roland : "vendredi 8 juin 1945, nous partons pour 15 minutes de marche, à 11h00 contrôle américain des papiers, nous devons abandonner la voiture, ensuite nous passons sur des ponts de bateaux puis les camions nous conduisent dans un camp et après 4 heures d'attente à la gare de Dessau, nous sommes 2000 à monter dans le train."

Les péripéties de la fin du retour seraient trop longues à raconter ici. Le garagiste du village de Roland vint le chercher en gare de Laval le 14 juin 1945 pour le ramener chez ses parents.

53243-st-ouen-des-toits-hj-x001-forg.jpg

                                                                                                                                                   

3 votes. Moyenne 2.67 sur 5.

×