année 1944 : fin

Retour à l'usine et départ pour Wriezen / Oder

La production de pièces à l'usine s'affaiblissait de plus en plus. Les machines outils souvent déréglées (involontairement ou volontairement) et les deux dirigeants exprimaient de temps en temps un "französische sabotage", mais cela n'allait pas plus loin. Pendant les alertes les tirs de DCA  se faisaient plus pressants. L'immense bunker de quarante mètres de haut, se situait juste en face de l'usine dans le parc Humboldthain. Il pouvait contenir 15000 personnes pour la protection des civils, mais ses batteries de DCA n'étaient plus servies que par des jeunes femmes.                                                                                                                                                                      

668px-bundesarchiv-bild-183-g1230-0502-004-berlin-zoo-flakturm-flak-vierling.jpg

 André : "quand les machines étaient déréglées, arrivait parmi nous un allemand âgé d'une cinquantaine d'années, grand et maigre, toujours habillé en "bleu de travail". Il ne paraissait pas très à l'aise, sauf quand il travaillait sur les tours de précision. C'était un spécialiste de ces machines. Il arrivait juste à l'heure et repartait rapidement à la fin du travail, parlant très peu il semblait nous éviter, puis disparaissait plusieurs mois. Nous n'avions jamais de réponses des deux dirigeants aux questions posées par Paul".

Mais ce mystérieux personnage refit une apparition dans d'autres circonstances, lorsque l'armée soviétique entra dans Berlin. Pendant leurs congés, Roland et son copain Bernard électriciens tous les deux, eurent la bonne idée d'acheter un poste à galène dans l'espoir évidemment de capter la radio anglaise, plutôt que d'écouter la musique de Wagner qui passait pratiquement en boucle. Dénonciation ou pas, la police arriva dans la baraque pour écouter cette fameuse radio et heureusement n'eut dans les oreilles que la musique de Wagner. Depuis un moment un transfert des machines s'annonçait pour Wriezen / Oder, au nord de Berlin près de la frontière polonaise. Etait ce un "sauve qui peut" de la part du patron? En tout cas ça ne prenait pas la bonne direction. Donc le 4 novembre 1944 départ en train pour Wriezen.                                                                

baraque-wriezen.jpgwilly-naumann.jpeg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bescheinigung (certificat de libre circulation entre Berlin et Wriezen)         La baraque à Wriezen

                                                                                                                                            

Dans cette petite ville la firme Willy Naumann possédait un atelier qu'il fallait aménager complètement, ainsi que les baraques qui étaient vides. Au début pendant plusieurs semaines, Roland et quelques copains retournaient à Berlin par le train du samedi après-midi et revenaient le lundi matin avec un peu de matériel. Pendant cette période qui dura jusqu'en début mars 1945, aucune machine ne fonctionna. Le groupe était plus souvent occupé à d'autres taches (en remplacement de prisonniers) : déménagements de firmes voisines, travail dans des fermes environnantes et creusages de tranchées anti-chars.

Roland : "8 et 9 novembre 1944, montages électriques pour l'atelier. 13 décembre 1944, les machines sont arrivées de Berlin en train et amenées à l'usine sur un camion porte chars anglais (curieux ce camion anglais?)."

 

4 votes. Moyenne 2.75 sur 5.

×