année 1943 : suite

organisation et vie du groupe

Grace aux écrits de André (90 ans actuellement) un des compagnons de Roland, et des discutions que nous avons eu, le camp "lager" était composé de quelques baraques: une occupée par des russes, principalement des femmes, une de polonais avec de nombreuses jeunes filles et deux de français âgés de 19 à 45 ans, plus quelques hollandais, de grands gaillards que les allemands n'ont jamais pu faire travailler, pas même balayer. En gros l'organisation du travail se repartissait en une semaine de 6h00 du matin à 18h00 et la semaine suivante de 18h00 à 6h00 du matin. Des cartes d'alimentation identiques à celles berlin-baraq.jpgdes allemands  étaient distribuées chaque lundi. Une carte comprenait : 550 gr de pain blanc, 1650 gr de pain noir, 125 gr de pâtes, 250 gr de viande, 60 gr de margarine, 3 kg de pommes de terre et 225 gr de sucre. Les salaires étaient versés le vendredi de chaque semaine. Paul : ex mitrailleur sur bombardier et démobilisé après la capitulation de la France, lui aussi au sto, parlait allemand et dés l'arrivée su gentiment donner de bons conseils d'organisation pour les repas, les achats, le lavage, etc. Il servait aussi de porte-paroles  près de la direction de l'usine.

André : "nous ne nous connaissions pas, les relations se sont faites par "pays" par contrées ou tout simplement par affinités. La baraque (plan ci-contre)  possédait des lits superposés en bois comme tout le reste ou presque, dont les matelas en super duvet... en réalité des paillasses remplies aussi de fibres de bois. Au bout de quelques mois tout était plat, quelques centimètres d'épaisseur et naturellement la vermine s'est installée : puces par dizaines et plus, quelques poux et les punaises. Jean qui était "rouquin" avait une peau particulièrement appréciée des punaises et parfois au milieu de la nuit en jurant et réveillant toute la "piaule" il allait dormir sur la table. Une fois, suite à une nuit sans sommeil et particulièrement en colère, il mit le feu à l'ensemble de son lit. La police alertée par le "lager-führer" est venue, mais il ne fut pas trop inquiété, le patron su arranger l'affaire.cartes-d-alimentation-1945.jpg D'autres l'on fait également, mais seulement les paillasses, il leur fallait alors coucher directement sur les planches.Etant doté d'un sac de couchage avec du vrai duvet à l'intérieur, je devais le secouer dehors et même l'hiver par -10 ou -15 et plus, les puces tenaient le choc et étaient rentrées avant moi dans la baraque."

                                                                                                  cartes d'alimentation





                                                                                                                                                 
Certaines soirées, quelques amuseurs dans le groupe créaient des spectacles improvisés.

joyeuse-soiree-1943-1.jpeg
                                                                                                                                                     

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

×